FETISHISME: Définition du FETISHISME – rencontre fétichiste

FÉTISHISME, nom. masque.

UNE.- Systèmes religieux pour fabriquer divers signes naturels ou artefacts efficaces de pouvoirs surhumains et les utiliser dans des pratiques magiques. Le fétichisme est aujourd’hui presque la seule religion des personnes idolâtrées en Afrique. (Lamennais, Indifférence,t. 21817-1823, p. 339).La transition cruciale du fétichisme au polythéisme (Comte, Esprit posit.,1844, p. 171).

PARADE. Animisme, totémisme, magie et fétichisme.

B.- P. anal. Attachement ou respect excessif pour quelqu’un ou quelque chose. (Quasi-) synon. Culte.Elle a le fétiche de l’autorité et toute l’horreur indépendante (Amiel, Journal,1866, p. 478).Modérer un peu (…) le fétiche pour Thiers (Hugo, CORRESP.,1872, p. 320).Quant à Tschaikowsky, nous n’essayons même pas d’expliquer le fétichisme dont il continue d’être l’objet après sa mort. (Bruneau, Souris. Russie,1903, p. 27):

Le poète a fétichisme mots et sons. Il attribue des mérites merveilleux à certaines combinaisons de syllabes et a tendance (…) à croire en l’efficacité des formules initiées.
France, Jard. Épicure,1895, p. 71.

Et particulièrement.

1er PSYCHANAL. Perversion sexuelle, généralement masculine, dans laquelle l’apparition et la satisfaction des désirs sexuels sont conditionnés par la vue ou le contact d’un objet ou d’une partie du corps. Les relations du fétichisme avec d’autres perversions (notamment le sadomasochisme) sont fréquentes. Ses relations avec les névroses sont également montrées, comme le montre la description de certains objets contre-phobiques (H. Ey, P. Bernard, Ch. Brisset, Manuel pour psych.,Paris, Masson et C.c’est à dire., 1974, p. 386).

2e Philos. Marxistes. Varufetisj. Processus de réification qui réduit les relations sociales aux relations d’échange entre les biens dans le mode de production. Laforgue rêvait d’une sorte de généralisation des analyses de Marx sur le fétichisme des biens, d’une marque universelle de tromperie (Nizan, Conspir.,1938, p. 47).

Express. et Orth. : [fetiʃism̥]. ds Ac. 1835-1932. Etymol. et Hist. 1757 (Diderot, lettre au président de brosses, Mai-juin ds
Œuvres complètes,
serment. 1972, p. 13, p. 1064 ds OMS. DDL t. 7). Der. de fétiche*; suff. -are*. Fréq. abdos. litre. : 104.